Ascenseur funiculaire

Bien que les études aient été menées plusieurs années auparavant,  la construction de cet ascenseur funiculaire a débuté en février 1982.

Inauguré 20 ans plus tard, le 30 août 2002. celui-ci permet, grâce à ses deux bacs indépendants, le franchissement d’une dénivellation de 73,15 mètres entre le bassin de l’Escaut et un bief de partage (d’une altitude de 121,10 mètres) vers le bassin de la Meuse comprenant également une section du Canal Bruxelles-Charleroi, limitée par le plan incliné de Ronquières (au nord) et l’écluse de Viesville (au sud).

La jonction entre le canal du Centre et le canal Bruxelles-Charleroi a lieu à Seneffe. L’ascenseur remplace désormais six ouvrages, les quatre ascenseurs à bateaux du Canal historique du Centre ainsi que deux écluses, et ce en permettant un faible perte d’eau au niveau du bief de partage. Il constitue la fin d’un programme de mise au gabarit de 1.350 tonnes des voies navigables belges et permet le passage de tels bateaux entre le bassin de la Meuse et celui de l’Escaut.

L’ascenseur, long de 130 m et large de 81 m culmine à 117 m, il peut élever
dans chacun de ses deux bacs une péniche de 1 350 tonnes ou une barge de 2 000 tonnes avec son pousseur de 2O m de long. Les bacs ont une dimension utile de 112 mètres sur 12. Ils contiennent 8.000 tonnes d’eau et sont manœuvrés, grâce à un système de poulies et de câbles (d’où le terme “funiculaire”), à une vitesse de 20 centimètres à la seconde. Il faut un minimum de 40 minutes pour franchir l’ouvrage, procédures d’approche et de sortie comprises. Etant donné les caractéristiques sismiques propres à la région (et à toute la faille minière qui remonte vers Charleroi, Liège et l’Allemagne), l’ouvrage et ses fondations ont été prévus pour résister à des séismes relativement importants.